The best bookmaker bet365

Дървен материал от www.emsien3.com

Josef Koudelka - La fabrique d'exils au Centre Pompidou

Publié dans Actualités culturelles

Du 22 février au 22 mai 2017, le Centre Pompidou consacre une exposition au photographe Josef Koudelka. (Entrée libre)

En 1970, peu après avoir photographié l’invasion de Prague par les chars soviétiques, Josef Koudelka décide de quitter la Tchécoslovaquie où il est né. Les mois d’hiver, il habite à Londres puis à Paris. Le reste du temps, il est sur les routes d’Europe à traquer les hasards. C’est pendant cette période des années 1970 et 1980 que Josef Koudelka produit ses images les plus enchantées qui composeront la série intitulée Exils, dont une partie est à découvrir pour la première fois à Paris depuis 29 ans.

 

 

Un avant-bras s’avance dans l’image. La veille, les chars de l’Armée rouge sont entrés dans Prague. La rumeur d’une manifestation de protestation s’est rapidement répandue dans la ville. Le rendez-vous est fixé en fin d’après-midi sur la place Venceslas. Mais il s’agit là d’un piège fomenté par quelques agents à la solde de Moscou afin de provoquer un incident qui justifierait l’invasion. Heureusement, le peuple de Prague est averti à temps. À l’heure dite, la place est à peu près déserte comme le montre la photographie. Cette image est la première d'Exils, la série que Josef Koudelka conçoit dans les années 1970 et 1980. Peu après avoir photographié l’invasion de Prague par les Soviétiques, la contestation et la répression, Koudelka décide de quitter son pays. Les mois d’hiver, il habite à Londres puis à Paris. Le reste du temps, il est sur les routes d’Europe à traquer les hasards. C’est pendant cette période qu’il réalise ses images les plus enchantées qui composent Exils. Elles sont exposées à Paris en 1984, puis recueillies en 1988 dans un ouvrage qui devient une référence en matière de bibliophilie photographique avant d’être retiré puis réédité.

 

En 2016, Josef Koudelka décide de faire don au Centre Pompidou – Musée national d’art moderne de la totalité des soixante-quinze photographies d’Exils. L’exposition que lui consacre le Centre Pompidou réunit les images les plus emblématiques du projet, accompagnées de nombreux inédits tirés pour l’occasion. Ce parcours se complète d’une extraordinaire série d’autoportraits réalisée par Josef Koudelka au cours de ses voyages et jamais montrée jusqu’à présent. L’exposition présente également pour la première fois les cahiers dans lesquels le photographe collait ses images selon une organisation formelle ou thématique. On a aujourd’hui dExils une vision très parcellaire, par images isolées. L’exposition du Centre Pompidou donne une représentation plus complète et plus riche de la série. Elle invite à comprendre comment s’est élaboré le projet, éclairant ainsi pour la première fois la fabrique d’Exils.

 

« Être en exil, c’est tout simplement le fait d’avoir quitté son pays et de ne pas pouvoir rentrer. Chaque exil est une expérience individuelle, différente. Moi je voulais voir le monde et photographier. Cela fait quarante-cinq ans que je voyage. Je ne suis jamais resté nulle part plus de trois mois. Quand je ne trouvais plus rien à photographier, il fallait que je parte. Quand j’ai pris la décision de ne pas rentrer, je savais que je voulais développer une expérience du monde que je ne pouvais pas envisager quand j’étais en Tchécoslovaquie. »

Josef Koudelka, entretien avec Christian Caujolle, Le Monde, 23 mai 2015.

 

 

Exposition du 22 février 2017 - 22 mai 2017 de 11h à 21h

Galerie de photographies - Centre Pompidou, Paris

Commissaire : Mnam/Cci, Clément Cheroux, Emmanuelle Etchecopar-Etchart

Entrée libre

 

Online bookmaker Romenia betwin365.webs.com